La Fraternité de la Malice

Le culte de la Fraternité de la Malice vit le jour au lendemain de la première purge qui fut lancée par l’Inquisition sur Sepheris Secundus après qu’un culte du Chaos sortit des profondeurs de la planète minière et tenta de renverser le pouvoir en place.

Dans les faits, quelques serfs curieux explorèrent les galeries qu’avaient ravagées les flammes, à la recherche de quelconques vestiges de valeur, et trouvèrent un livre massif décrivant bon nombre des rites et rituels associés au culte défunt. Les mots qui se tortillaient sur les pages les perturbèrent, et ils faillirent se débarrasser de ce catalogue blasphématoire. Cependant, ces hommes enduraient depuis trop longtemps l’environnement brutal et l’existence sans espoir qui étaient ceux des mineurs de ce monde. Quelques âmes égarées émirent l’idée que le meilleur moyen d’échapper à leur sort était de susciter à nouveau la colère de l’Imperium, qui raserait la surface de ce monde et mettrait un terme à leurs vies misérables. Comme on pouvait s’y attendre, d’autres leur opposèrent qu’ils étaient fous, et que s’ils étaient si malheureux, rien ne les empêchait de mettre fin à leurs jours. Pour autant, la fraction dure de ce groupe ne pensait pas à elle-même, mais à ses frères et sœurs, à ses enfants, et aux enfants de ses enfants.

Le culte s’attaqua alors à différentes structures plus ou moins importantes de la planète et finit en effet par attisé la colère de l’Impérium lorsqu’elle détruisit plutôt efficacement une importante usine de traitement près de la zone nommé Les Eboulis.

L’Imperium réagit alors comme il le fait parfois en envoyant un détachement du 97ème Bataillon de la Garde impériale de Scintilla sous les ordres du Content Not Found: commissaire-nihilus.

La garde fit son travail à la perfection et la révolte fut anéantie. Les rares résistants fuirent vers les Eboulis mais tombèrent sur des créatures mutantes qui les massacrèrent à leur tour, eux comme les gardes qui les pourchassaient.

Le culte n’est plus depuis ce jour. Les derniers représentants, les créatures mutantes, et le mal qui les avait générés furent nettoyés par les jeunes acolytes que l’Inquisition avaient dépêchés sur place.

Tous les documents impies furent retrouvés et détruits par les flammes, et les vestiges chaotiques des Eboulis furent aussi passé par le feu purificateur de l’équipe de “spécialistes” envoyée en remplacement de la première équipe.

La Fraternité de la Malice

Chroniques calixiennes Johankov