Les Eboulis

Secteur 2_79°N, 166°O
Mines de Gorgonid

Les Eboulis sont représentent les niveaux le plus bas des mines de la Gorgonid. C’est un immense dédale à l’atmosphère empoisonnée, aux veines taries, et rempli de mineurs corrompus et de mutants horriblement mutilés. Si l’on veut en explorer les tunnels, il faudrait des années. Et encore, il serait possible d’en rater certaines parties.

Nul n’a le droit de revendiquer une parcelle dans cette zone et le minerai qui s’y trouve n’appartient à personne. Les Eboulis sont le royaume des dépossédés (ceux qui n’ont plus de maître, soit parce qu’ils soient nés d’un mariage non autorisé par les barons, soit parce qu’ils ont perdu jusqu’à leur maigre droit de serf pour une quelconque raison) et des mutants. Déjà fort nombreux sur tout Sepheris Secundus en raison de la pollution importante de l’eau par les minerais et produits toxiques, ils semblent l’être encore plus du côté des Eboulis. Sûrement parce qu’ils ont plus d’espoir de survivre dans ce lieu abandonné des armées des barons. Contrairement aux dépossédés qui ont une espérance de vie extrênement courte, certains mutants ont réussi à se faire à leur vie dans les Eboulis. On parle même qu’une micro société existerait composée là aussi de roi, barons, soldats et serfs.

Dans beaucoup de ces galeries, la roche a été excavée à l’aide de foreuse soniques, mais le travail a été fait à la va-vite et les parois sont loin d’être lisses. Une substance graisseuse suinte des fissures de la pierre, entre lesquelles circulent des mille-pattes orange vif. Les couloirs et les salles font environ deux mètres de hauteur, et il y suinte la même humidité visqueuse, qui s’accumule sur le sol en flaques infectes et puantes. D’épaisses poutres d’acier soutiennent la voûte par endroits, et toutes servent de support à des permilampes, bien que seules quelques-unes fonctionnent, jetant autour d’elles une singulière lumière verte. A cela s’ajoute le fait que l’air y est nocif puisque l’on y trouve de nombreuse zones trop chaudes, empoisonnées ou tout simplement radioactives pour que tout survie soit impossible.

Toutes les portes, à savoir les rares qui se trouvent en cet endroit, sont des écoutilles en métal dont les verrous sont actionnés par un volant central.

Enfin, les nombreux combats, et les horreurs mutantes qui se tapissent dans toute la zone, ont fait de ce lieu un immense charnier sanguinolent et purulent, où il est difficile de garder son sang froid ni toute sa tête.

Récemment, en 815M41 la preuve d’une influence chaotique a été trouvé par un jeune groupe d’acolytes non encore officiellement assermenté par l’Inquisition, et ce malgré la dernière purge effectuée il y a peu. Beaucoup d’horreurs rampantes doivent leur condition à l’influence chaotique d’une pierre de couleur mauve palpitant comme un cœur démoniaque et baignant ses alentours proches d’une lueur rose surnaturelle.

Malgré la réussite improbable de cette mission par de tels néophytes, le groupe parvint non seulement à nettoyer les couloirs proches de cette pierre maudite d’origine inconnue, mais aussi à la détruire. Sans nul doute que cet exploit aura des conséquences plus que positives pour leur avenir au sein de leur Ordo, et plus particulièrement auprès de leur Maître.

Les Eboulis

Chroniques calixiennes Johankov